Rechercher

Y a-t-il un pilote sur le vélo ? (Qui tient le guidon ?)


Lors du conseil municipal du 10 juillet, après la lecture du compte-rendu de la commission Aménagement - Mobilités - Urbanisme (AMU) du 23 juin 2020, surpris de ne pas avoir entendu mentionner une visite des pistes cyclables par une société de conseil et des élus programmée par les services techniques, nous posons deux questions :

  • La circulation à vélo relevant à la fois des services techniques et de la commission AMU, travaillent-ils ensemble sur ce sujet ? Si oui, comment ?

  • Des associations de cyclistes ont-elles été invitées à participer à cette visite pour que la collectivité puisse profiter de leur expertise ?

Le maire prend la parole et s’ensuivent* plus de huit minutes d’explications décousues, de critiques personnelles, de leçons de morale… A la fois un satisfecit (85 cm par habitant en 6 ans) et une critique des pistes cyclables et du soi-disant sens caché de nos questions.


A la suite de cette logorrhée, l’adjointe en charge de la commission AMU nous assure que services techniques et membres de la commission travaillent en concertation.


Rappelons qu’en signant le Pacte pour la Transition, l’équipe dirigeante s’est engagée à « donner la priorité aux mobilités actives (marche, vélo) dans l’espace public » et a désigné un adjoint pour les affaires relevant de la transition écologique.


MVAG s’étant engagée, elle aussi, sur cet objectif du pacte, le seul but de nos questions était d’essayer de comprendre comment ce projet allait être géré par les trois adjoints impliqués et, espérons-le, les cyclistes.


Au vu de la réponse du maire et du silence de l’adjoint en charge de la transition sur ce sujet, nous avons compris que nos questions n’étaient pas les bienvenues. Cela ne nous empêchera pas de rester vigilants sur ce sujet.


Rappelons également que sur le mandat précédent, 11 km de « pistes cyclables » ont été réalisés (pour une promesse de campagne de 18 km) grâce à quelques coups de peinture et en incluant l’aménagement de la voie ferrée somptueusement qualifiée de « voie verte » (pour une vision des recommandations en la matière, voir fiche « Voies vertes : choix techniques » publiée conjointement par les ministères de l’Ecologie / développement durable, Sports, Equipement / Transports / Logement / Tourisme / Mer et le secrétariat d’Etat au Tourisme).


* Voir l’enregistrement intégral de ce Conseil municipal sur le site Facebook de la ville ou écouter l’extrait de cette séquence en cliquant ici.

A propos des mobilités douces, le programme de Mieux Vivre à Gex propose :


  • Un partage équitable de la voirie pour un espace public pacifié

  • Aucun quartier urbain à plus de 500 m d’une voie verte

  • L’adoption d’un plan vélo (au niveau de la CAPG ?)

  • L’interconnexion du réseau de transports en commun avec celui du réseau cyclable.

  • La promotion les mobilités actives (vélo, marche à pied)

  • L’installation des stationnements fermés, type vélobox ou espace vélo sécurisé, dans les parcs, locaux et des garages en rez-de-chaussée, pour le stationnement résidentiel et à proximité des pôles d’activité ; l’implantation d’arceaux vélos pour un stationnement de courte durée dans toute la commune, notamment près des commerces

  • Le développement d’un réseau cyclable cohérent, sans discontinuités

  • La généralisation de double-sens cyclistes, de sas vélo et de cédez-le-passage cyclistes aux feux.

Rappelons que le Plan vélo du Gouvernement prévoit de tripler les déplacements du quotidien à vélo d’ici 2024 et soutient les communes dans cette transition avec un budget global de 350 millions d’euros. Nos représentants au Conseil municipal vérifieront que les modifications facilitant les déplacements à vélo proposées par la majorité s’inscrivent bien dans l’esprit de ce plan vélo pour qu’elles puissent bénéficier de ces subventions.

79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout